Delphine Chevallier et Olivier Jacob (Inéa Conseil) : Travailler et former à l’ère numérique

Les crises accélèrent les mouvements. La crise sanitaire que nous traversons, avec ses corollaires, le confinement et le télétravail, a mis en lumière de nouveaux besoins en matière de compétences numériques.

Par - Le 02 juin 2020.

Le choc a été brutal : du jour au lendemain, il a fallu apprendre à travailler différemment. Grâce aux outils numériques, le travail a pu être maintenu, voire facilité (par exemple grâce aux commandes en ligne). Mais cette situation a mis en exergue la nécessité d’acquérir de nouveaux comportements car le numérique et la distanciation modifient profondément nos habitudes. Il y a un écran entre nous et les autres.

Et cet écran change beaucoup de choses ! Pour les managers : comment motiver, garder le lien, objectiver, rassurer, être bienveillant et positif ? Pour les dirigeants : comment réinventer son organisation, revoir la chaîne de responsabilité, déléguer différemment, exprimer son leadership ? Pour tous : quelle discipline personnelle, comment s’auto-motiver, dompter l’isolement ? Et surtout comment apprivoiser les outils digitaux : d’un utilisateur passif de fonctionnalités contraignantes dans un univers technique où nous ne comprenons pas grand-chose, comment mettre ces e-solutions au service de nos objectifs et éviter les pièges ?

Car il y a bel et bien une fracture numérique entre celles et ceux déjà très à l’aise avec l’utilisation des outils digitaux et les autres, qui les ont découverts avec plus ou moins de difficulté. Si la période a permis à nombre d’entre nous d’expérimenter ce que collaborer et télé-travailler à l’ère numérique veut dire, elle nous a permis aussi d’appréhender les limites de nos savoir-faire : il ne s’agit pas juste d’accéder à un outil de visioconférence, mais aussi de choisir celui le mieux adapté à ses pratiques et aux enjeux de cybersécurité. Puis, de mettre en oeuvre de nouvelles pratiques : comment et quand prendre la parole, décrypter le non-verbal de ses interlocuteurs, maintenir l’engagement et l’intérêt des participants ? Et encore plus important : comment sécuriser ses échanges, éviter l’espionnage, le vol de données ou les intrusions dans la vie privée ?

En parallèle, les possibilités offertes par les formations en ligne, en mode synchrone (classe virtuelle) ou asynchrone (e-learning) ont été plébiscitées. Nées dans les années 2000 aux Etats-Unis et les groupes internationaux, ces techniques ont peiné à se développer en France où le présentiel restait la norme. Pour des raisons culturelles mais aussi par le retard en matière d’utilisation des outils numériques par les professionnels de la formation eux-mêmes : former en ligne nécessite d’acquérir des compétences pédagogiques profondément différentes du présentiel.

Cette période nous aura permis à tous, professionnels de la formation et travailleurs de tout secteur, de mieux appréhender les défis du travail à l’ère numérique : à nous maintenant de continuer à apprendre et d’ajuster nos compétences à ce nouvel environnement.

Cet article est-il utile ?

Centre Inffo vous conseille également

I-Cert