L’Anaf invite les opérateurs de compétences à sécuriser les apprentis

L’Association nationale des apprentis de France (Anaf) a adressé mardi 24 mars ses préconisations aux opérateurs de compétences pour la « continuité des activités initialement prévues et des conditions de travail optimales.».

Par - Le 25 mars 2020.

Au-delà des dispositions prises par le ministère du Travail pour sécuriser les CFA (article), l’Association nationale des apprentis de France (Anaf) appelle les opérateurs de compétences (Opco) à garantir un cadre optimal pour les apprentis pendant la crise sanitaire. Il s’agit, premièrement, de s’assurer que les employeurs tiennent informés leurs apprentis de leurs droits en matière de maintien d’activité, de télétravail et de chômage partiel. À cet égard, l’Anaf rappelle que les apprentis bénéficient des mêmes conditions que les autres salariés (déclaration à effectuer sous 30 jours, indemnisation à hauteur de 100 % du salaire s’ils gagnent le Smic ou moins).

Dans le contexte de mise à distance de la formation, l’Anaf souligne que le « planning de présence » en centre de formation et en entreprise reste d’actualité, et invite à « rappeler aux apprentis l’importance de suivre les cours en ligne, y compris en période de chômage partiel ».

Aide à l’équipement

Tous les apprentis ne disposant pas des équipements nécessaires au suivi de formation à distance, l’Anaf attend des Opco qu’ils incitent leurs adhérents à fournir le matériel nécessaire, ou rendent éligible à l’aide « Premier équipement » l’acquisition d’un ordinateur portable et d’un téléphone 4G.

Enfin, l’Anaf insiste sur la nécessité de protéger les apprentis mineurs par la mise au chômage partiel de tous les jeunes dont le poste ne serait pas adaptable au télétravail (article).

  • Site de l’Association nationale des apprentis de France (Anaf) : www.anaf.fr/

 

Centre Inffo vous conseille également