Les conventions FNE-formation financeront 48 000 parcours pour près de 390 millions d’euros en 2021

Le ministère du Travail a annoncé la finalisation de dix nouvelles conventions signées avec les opérateurs de compétences dans le cadre du FNE-formation. Au total, l’abondement de l’État à la formation des salariés des entreprises impactées par la crise atteindra près de 390 millions d’euros en 2021.

Par - Le 22 avril 2021.

C’est le véritable coup d’envoi de l’acte 2 du FNE-formation. Les conditions de sa mise en œuvre par les onze opérateurs de compétences (Opco) sont désormais fixées. Le ministère du Travail a annoncé, le 9 avril, la finalisation de dix nouvelles conventions actant 240 millions d’euros supplémentaires financés par le plan France Relance. L’Opco 2i avait ouvert le bal en janvier dernier. Au total, l’abondement de l’État représentera, en 2021, près de 390 millions d’euros.

Un fonds organisé en deux volets

Bras armé du plan de relance pour les compétences des salariés, le FNE-formation, doté d’un milliard d’euros, répond à des enjeux de long terme. L’enveloppe cible les reconversions professionnelles inter-entreprises à travers le dispositif TransCo et soutient, à travers les conventions signées avec les Opco, la reprise et les grandes transformations des différentes filières. « Le FNE-formation permettra d’anticiper l’évolution des compétences nécessaires pour s’adapter aux nouveaux modèles en sortie de crise », confirme la ministre du Travail, Élisabeth Borne.

Les Opco en première ligne du plan de relance

Les conventions ont fait l’objet de négociations afin de coller au plus près des besoins des branches professionnelles. Le montant des dotations diffère donc d’un Opco à l’autre. Akto, dont les entreprises de l’hébergement-restauration et du transport aérien ont été frappées de plein fouet par la crise, peut ainsi compter sur un budget supplémentaire de 75 millions d’euros. Atlas et L’Opcommerce bénéficient respectivement de 38 millions d’euros et de 37 millions d’euros. Représentant les secteurs agricole, agro-alimentaire et la pêche, Ocapiat bénéficie, pour sa part, de 6,5 millions d’euros. En contrepartie de cet appui financier de l’État, chacun d’eux s’engage à déployer le FNE-formation sur le terrain : ciblage des entreprises, qualification de leurs besoins, construction des solutions et suivi des actions menées. A charge également des opérateurs d’orienter, si besoin, les entreprises vers d’autres dispositifs de reconversion comme la Pro-A ou TransCo.

48 000 parcours de formation financés

Au total, le ministère du Travail évalue à 48 000 le nombre de parcours ouverts par les conventions. En matière d’offre de formation, la nouvelle version du FNE-formation marque une rupture. L’objectif se recentre sur les reconversions au sein de l’entreprise, les certifications professionnelles et l’adaptation des compétences liées aux stratégies de reprise des entreprises ou à l’anticipation des mutations portées par la transition écologique et la révolution digitale. Structurés par une ingénierie plus exigeante, les parcours d’une durée maximale de douze mois doivent intégrer le positionnement pédagogique, l’évaluation et l’accompagnement du stagiaire. A la faveur de cet acte 2 du FNE-formation, les opérateurs de compétences devront accélérer encore leur mutation et consolider leurs missions d’accompagnement auprès des entreprises. Nés avec la réforme de 2018, ils jouent, aujourd’hui, un rôle-clé dans le plan de relance.


Cet article est-il utile ?

Centre Inffo vous conseille également

I-Cert