Les Régions, cheffes de file du développement des compétences pour le monde de l’après-crise ? (débat Laurent Berger-Bertrand Martinot) 

Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, et Bertrand Martinot, directeur du cabinet de conseil Siaci-Saint-Honoré, étaient les protagonistes de la 3ème Controverse des Régions, un débat en visioconférence organisé le 6 avril 2021 par Régions de France et « La Tribune ». « Quel rôle pour les Régions dans le développement des compétences pour le monde de l’après-crise? » en était le thème. 

Par - Le 09 avril 2021.

« On ne fera pas sans les Régions, a affirmé Laurent Berger. Elles peuvent associer tous les acteurs dans un  »quadripartisme de solution ». Il n’y a pas que l’État. La crise a fait prendre conscience de l’importance des partenaires sociaux. Il faut y aller tous ensemble sauf à échouer. Il faut éclaircir les choses au profit des Régions, mais cela pose aussi la question du comportement et de la loyauté des acteurs. »

Selon Laurent Berger, la crise a obligé « à positionner les choses et à réfléchir d’une autre façon », et a donné lieu à une « parenthèse heureuse entre le premier confinement jusqu’à novembre » en termes de travail entre la puissance publique et les partenaires sociaux, et entre partenaires sociaux. Le débat a permis les signatures d’accords de reprise d’activité, d’accords de chômage partiel de longue durée… Mais, ajoute-t-il, « aujourd’hui, ce débat est redevenu plus difficile. Or nous ne verrons le bout de la crise qu’en innovant sur les compétences et la compétitivité. Et cela est un travail qui ne peut laisser de côté les organisations syndicales ».

Travailler au niveau du local

L’emploi, c’est au niveau du local, du bassin d’emploi, affirme le leader de la CFDT. « Il faut partir de cette réalité de terrain. TransCo est une piste pouvant réunir tous les outils et tous les acteurs. Le quadripartisme est en place, et selon le problème à traiter le leader doit être l’acteur le mieux placé, il doit faire avec les autres, en évitant la verticalité et la surdité. Les besoins sont énormes : recrutement des jeunes, gestion des compétences des salariés, transformation du modèle de développement… Les Crefop [ 1 ]Comité régional de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelles. doivent jouer un rôle majeur dans la gestion de ces problèmes. »

Transfert de compétences aux Régions

« La Région est l’actrice naturelle de la politique de l’emploi, mais elle n’a pas d’outils sur le terrain, c’est l’État qui les a, via les Dirrecte par exemple, a estimé Bertrand Martinot. Il faut donc un transfert de compétences et de personnel aux Régions, sinon leur action sera entravée. »

« Je ne partage pas l’enthousiasme de Laurent Berger sur les Crefop. Ils ne sont pas au bon niveau local, et ils n’ont pas une capacité à s’engager. Il faut traiter avec les employeurs locaux, pas avec les interpro régionaux, il faut privilégier le travail avec les branches et les Opco qui ont des conseils d’administration paritaires et sont des interlocuteurs crédibles. Au mieux, le Crefop peut être une enveloppe de présentation. Le local, c’est la branche et les employeurs. »

« Les enjeux sont plus transversaux que par silo, a précisé Laurent Berger. Les Crefop peuvent très bien se décentraliser au niveau départemental ou du bassin d’emploi. TransCo, sans la CFDT et sans le Medef, ça n’existerait pas. Ce n’est pas né de la DGEFP ou des pouvoirs publics, mais de la créativité des partenaires sociaux. »

 

Le webinaire est disponible en replay.

Cet article est-il utile ?

Notes   [ + ]

1. Comité régional de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelles.

Centre Inffo vous conseille également

I-Cert