L’Etat se met au service des services à la personne

A l’occasion de la signature d’une convention « Un jeune, une solution », les employeurs des services à la personne, l’État et la branche ont ébauché des pistes pour faciliter l’accès aux financements mutualisés de la formation, rendre les formations du secteur plus attractives et ouvrir de nouveaux viviers de candidats.

Article réservé à nos abonnés.

Par - Le 04 mai 2021.

La Fédération du service aux particuliers (FESP) et l’État ont signé, le 29 avril, une convention nationale autour du plan « Un jeune, une solution ». Les employeurs des services à la personne (SAP) s'y fixent notamment l'objectif de signer 5 000 contrats d'apprentissage. A Thibault Guilluy,  haut-commissaire à l'emploi et à Patrick Toulmet, délégué à l'apprentissage dans les territoires fragiles, ils font toutefois part de leurs difficultés à accéder aux financements publics, à attirer des candidats et à remplir leurs formations. Portées par le vieillissement des baby boomers et par le déploiement prochain du crédit d'impôts immédiat, « les…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également

I-Cert