signature_au_ministere_des_outre-mer-2.jpg

Un accord de partenariat concrétise l’accompagnement à la mobilité des demandeurs d’emploi ultramarins

La ministre des Outre-mer, Éricka Bareigts, le directeur général de Pôle emploi, Jean Bassères, et le directeur général de Ladom [ 1 ]L’Agence de l’Outre-mer pour la mobilité., Florus Nestar, ont signé le 23 janvier le premier accord de partenariat en faveur de l’intégration des Outre-mer dans leur bassin d’emploi océanique (2017-2019).

Rédigé par . Publié le 24 janvier 2017. Mis à jour le 11 mars 2019.

L’objectif de cet accord est de faciliter et de fluidifier la mobilité internationale des demandeurs d’emploi ultramarins, par la formation, le volontariat international, l’emploi et la création d’activités. « Cette mobilité, et plus particulièrement celle des demandeurs d’emploi, doit être néanmoins soutenue par les pouvoirs publics pour qu’elle puisse se déployer à l’étranger », a souligné Éricka Bareigts. « Accompagner la mobilité des demandeurs d’emploi ultramarins est une façon de répondre au taux de chômage élevé dans les Outre-mer qui demeure une question d’importance pour ces territoires. Ce n’est assurément pas la seule réponse pour ce problème mais je crois qu’il s’agit là d’une solution à la fois innovante et positive pour lutter contre le chômage », a-t-elle ajouté.

« L’Agence est déjà engagée dans la mobilité à l’international et elle entend donner une impulsion supplémentaire à cette action. En 2016, 320 stagiaires ont suivi une formation dans 26 pays, avec le soutien de Pôle emploi et des collectivités territoriales », a fait valoir Florus Nestar. Les actions réalisées ont été menées,dans la majorité des cas, au moyen d’un cofinancement associant le dispositif Passeport mobilité formation professionnelle de Ladom, les budgets des collectivités régionales et de Pôle emploi. Dans le cadre de l’accord et à partir de cette action de mobilité, Ladom propose un « cursus d’expérience en mobilité internationale », comprenant l’accompagnement personnel de chaque bénéficiaire, des outils numériques de tutorat à distance, la sécurisation administrative et financière du parcours, en rassemblant les partenaires concernés.

En outre, l’offre de services de Pôle emploi, dédiée à la mobilité internationale dès le 1er février 2017, comporte plusieurs caractéristiques. « Un accompagnement professionnel et personnalisé sera déployé par des équipes expertes selon chaque destination recherchée », a expliqué Jean Bassères. « À ce titre, 7 plateformes vont être mises à dispositions des ultramarins pour un conseil dématérialisé via la visioconférence. En effet, depuis mi 2016, 2 450 demandeurs d’emploi ultramarins ont exprimé le souhait d’une mobilité vers l’étranger et nous devons concrétiser cette intention », a-t-il déclaré. Les ultramarins bénéficieront également d’un accès aux programmes de mobilité européens et internationaux conduits en partenariat. Dans ce cadre, le bénéfice d’actions de formation individuelle, notamment pour l’appui aux programmes européens ou pour des formations linguistiques, peut être assuré par Pôle emploi et en complémentarité avec les expertises et missions de Ladom, partenaire historique de Pôle emploi.

Par ailleurs, les partenaires entendent promouvoir davantage le volontariat international en entreprise (VIE) auprès des PME ultramarines et des ultramarins ayant un projet à l’international. Fin 2016, 260 ultramarins étaient en VIE, soit 2,7 % du total national. « Ce sont des résultats satisfaisants que nous devons encore amplifier », a annoncé Éricka Bareigts.

Notes   [ + ]

1. L’Agence de l’Outre-mer pour la mobilité.

Centre Inffo vous conseille également