Le Fffod face au défi du changement d’échelle 

Fraîchement élu président du Forum des acteurs de la formation digitale (Fffod) en remplacement de Jacques Bahry, Joël Ruiz accorde un premier entretien au « Quotidien de la formation ». Quelles perspectives sont ouvertes par ce qu’il perçoit lui-même davantage comme une transmission que comme une succession ? Nous le lui avons demandé.

Par - Le 24 juin 2021.

« Dans succession, il y a l’idée de séquences qui se… succèdent ; dans le monde de la formation, transmission, c’est mieux ! », sourit Joël Ruiz quand on l’interroge sur l’état d’esprit qui l’anime alors qu’il vient de reprendre le flambeau des mains de Jacques Bahry, président fondateur du Fffod il y a vingt-six ans.

Jacques Bahry quitte la présidence du Forum des acteurs de la formation digitale (Fffod)

Au-delà de la marque de respect, Joël Ruiz dit là toute la conscience qu’il a de s’inscrire dans les pas d’une personnalité qui détient à la fois l’historique du Fffod et une compréhension des enjeux qu’il estime « extrêmement précieuse ». Dans un registre différent, Joël Ruiz rappelle tout aussi volontiers qu’il est lui-même un soutien de longue date du Fffod – il est celui qui a fait adhérer Agefos-PME[ 1 ]Aujourd’hui directeur général délégué d’Opco EP, Joël Ruiz a été directeur général de d’Agefos-PME de 2003 à 2020. –, et qu’il partage avec son prédécesseur une même conviction en faveur de la multimodalité.

Joël Ruiz est le nouveau président du Forum des acteurs de la formation digitale (Fffod)

Un moment « historique »

La continuité revendiquée par le nouveau président du Fffod ne revient pas non plus à nier l’évidence : indépendamment même du départ de Jacques Bahry, c’est bel et bien une page qui se tourne pour l’association, du fait même du nouveau statut de la formation à distance et de l’essor de la multimodalité. « La crise que nous avons traversée a été un accélérateur incroyable pour deux raisons : le télétravail, qui était le fait de professions particulières, est devenu une pratique généralisée qui a accéléré l’usage des outils de la distance ; la crise sanitaire a dopé le développement des formations ouvertes et à distance », analyse-t-il.

Le résultat ? En passant de quelques milliers d’utilisateurs à plusieurs dizaines de millions dans l’urgence, la formation à distance a tout autant démontré son utilité qu’éprouvé un développement à marche forcée qui n’a pas toujours respecté les règles de l’art. Il en ressort un « énorme enjeu » pour le Fffod : « Comment faire mieux ? » Alors que la multimodalité s’impose peu à peu, la réponse intéresse l’ensemble de l’écosystème de la formation, à commencer par les nouveaux adhérents du Fffod. Car c’est aussi une conséquence de la crise, les effectifs de l’association ont non seulement quasiment doublé en quelques mois[ 2 ]163 membres au 15 juin 2021., mais se sont aussi diversifiés, avec l’afflux de petites structures de conseil et de formation en quête d’expertise.

Feuille de route

Si la feuille de route du Fffod version Joël Ruiz reste à affiner, les premiers sujets au cœur du nouveau mandat sont déjà connus : poursuivre le lobbying sur les questions de financement de la FOAD ; réussir le changement d’échelle en diversifiant les accompagnements proposés aux nouveaux adhérents du Fffod ; intensifier les événements en régions, en cohérence avec la répartition des membres sur l’ensemble du territoire, outre-mer compris. Joël Ruiz insiste à cet égard : « Le Fffod n’est pas une affaire de Parisiens réservée à un petit noyau d’experts et nous allons développer notre dispositif de masterclass, avec et pour des partenaires territoriaux qui pourront ainsi se retrouver et partager les bonnes pratiques. »

Et de conclure : « Il faut rendre le travail du Fffod accessible au niveau territorial ! »

 

Notes   [ + ]

1. Aujourd’hui directeur général délégué d’Opco EP, Joël Ruiz a été directeur général de d’Agefos-PME de 2003 à 2020.
2. 163 membres au 15 juin 2021.

Centre Inffo vous conseille également