Sol France présente sa méthode pour aider les organisations à devenir apprenantes

Comment devient-on une organisation apprenante ? Sol a présenté la méthode CAPT en 5 D, qui vise à faire un état des lieux des pratiques existantes pour ensuite réfléchir, collectivement, à des pistes d’amélioration, mardi 9 mars, lors d’un « voyage apprenant ».

Par - Le 11 mars 2021.

Le programme a été pensé et préparé au cours de l’année 2020, « en se fondant sur des entretiens portant sur les pratiques existantes au sein des entreprises », explique Lina Hamed, fondatrice et de Caramel Consulting. « C’est une période où les organisations ont dû s’adapter dans l’urgence, garder le contact avec leurs clients, revoir leur stratégie, faire face à la généralisation du télétravail et ont donc fait preuve de créativité. » L’idée n’est donc par de donner une « recette miracle » mais de s’adapter, après un diagnostic, à chaque organisation, pour « faire émerger l’apprenance dans les équipes ».

Pour cela, la méthode identifie cinq disciplines, qui sont la base d’un questionnaire mené auprès des équipes concernées : maîtrise personnelle, modèles mentaux, vision partagée, apprendre en équipe, pensée systémique. Alors que la maîtrise personnelle fait appel à la réflexivité, à s’observer pour atteindre ses objectifs et à apprendre en continu, les modèles mentaux permettent d’identifier les biais, les préjugés, de prendre conscience de la manière dont on regarde le monde. La vision partagée est la construction de normes communes, qui donnent du sens à l’organisation. Apprendre en équipe permet de développer l’intelligence collective, alors que la pensée systémique permet de voir les phénomènes dans leur intégralité, d’étudier les interrelations.

Des pistes d’action

Ce questionnaire en 75 questions organisées autour de ces axes permet de faire un « radar » qui est ensuite partagé et discuté en équipe pour détecter les axes de travail à privilégier. Lina Hamed insiste sur l’importance de l’expérience du terrain : « Nous n’arrivons pas avec une grille et des réponses, nous sommes des facilitateurs, des observateurs, nous questionnons et écoutons le terrain. » La méthode s’applique en plusieurs étapes. Elle est d’abord préparée avec le commanditaire, ce qui permet « de définir les intentions », puis d’identifier ceux qui vont répondre au questionnaire et/ou aux entretiens qualitatifs. Après cette première phase d’observation vient une synthèse, puis une phase de transformation qui se fait en équipe. « Les séances, collaboratives, misent sur l’intelligence collectives pour faire émerger de nouvelles pratiques », précise Lina Hamed. Six mois plus tard, un nouveau questionnaire permet de voir ce qui a été mis en place.

« Certaines entreprises ont investi dans beaucoup d’outils mais ils ne sont pas utilisés, remarque Denis Bismuth, directeur de l’innovation pédagogique d’Isokan Formation. Dans d’autres, des processus sont mis en place avec les outils du bord et cela fonctionne ! » D’où l’importance d’identifier, par le questionnaire et les entretiens, où l’organisation accompagnée se situe. Trois grandes tendances émergent pour identifier des pistes d’actions : la culture de l’entreprise, exprimée en tant que ressenti, les outils dont on dispose (matériel comme un espace dédié ou technologique) et les pratiques, donc les comportements observables sur le terrain.

« Great place to learn », voyage apprenant les 9 et 10 mars 2021.

Cet article est-il utile ?

Centre Inffo vous conseille également

I-Cert