Sept techniques de formation novatrices (Afref)

Le livre « Sept techniques de formation novatrices » a fait récemment l’objet d’une présentation Afref (Association française des responsables de formation).

Par - Le 17 décembre 2021.

« Sept techniques de formation novatrices », livre de Dominique Fauconnier, Stéphane Balas et Caroline Harfield-Palany, publié en 2020 aux éditions Chronique sociale, fait suite au précédent livre « Réinventer son métier. Accéder à nos imaginaires professionnels », paru également chez Chronique sociale, en 2015.

« Réinventer son métier associe un support fait de cartes sur lesquelles sont inscrits les noms de différents métiers, et une façon particulière d’appréhender ce qu’est un métier, explique Dominique Fauconnier, créateur de la démarche. Réinventer son métier permet de dresser de façon ludique une sorte d’inventaire méthodique des dimensions oubliées du métier de chacun, de toutes ces dimensions enfouies dans nos gestes quotidiens et auxquelles nous ne prêtons pas toujours attention ».

Déclencher un déclic

« Sept techniques de formation novatrices » présente donc les différentes techniques que Dominique Fauconnier utilise dans différents supports qu’il a développés dans l’Atelier des métiers (Réinventer son métier, Cent fois sur le métier…). Enumérées simplement, ces techniques sont « Réagir à des propositions aléatoires », « Travailler avec des mots », « Toucher les mots », « Assembler les mots de façon spatiale », « Créer un espace de projection », « Travailler avec des questions », et « Travailler à partir du mot métier ».  Chaque notion est largement explicitée dans le livre, de son concept au retour sur application.

« Chacune de ces techniques a été conçue dans l’objectif de déclencher quelque chose dans l’esprit des participants », poursuit Dominique Fauconnier. Que cela se fasse de façon individuelle ou collective, lors d’une intervention ou d’une séquence de formation, l’idée recherchée est de créer « un moment favorable à la découverte par les personnes elles-mêmes d’une notion, d’un savoir, d’un geste qui leur soit utile et qui réponde à la situation dans laquelle elles se trouvent. C’est parce que ces techniques sont conçues non pour la transmission d’une connaissance, mais pour produire un « déclic » –pour « qu’une lampe s’allume » – , que nous les considérons novatrices ».

Temps réel

« Les effets produits sont rapides, assure-t-il. Ils sont obtenus en « temps réel », ce qui est une caractéristique du « déclic ».  Leurs effets sont durables, actifs sur la durée, et peuvent produire d’autres déclics. Lorsqu’une personne a basculé dans une nouvelle perception d’une réalité la concernant, elle revient rarement en arrière ». Cela est dû, avance Dominique Fauconnier, « à la nature même de ces techniques qui impliquent les personnes de la même façon que ce qui est fait lorsque l’on apprend un geste. Une fois qu’on en a appris un, on ne l’oublie plus ». 

Caroline Harfield-Palany, formatrice, est utilisatrice de longue date de ce jeu. « Ces cartes, simples et faciles d’usage, produisent des effets constructifs, voire puissants. Ce jeu est capable d’impulser chez les participants comme chez les intervenants une réflexivité durable, affirme-t-elle. C’est un instrument qui se découvre dans la pratique. Il permet de se faire en faisant et de faire en se faisant. »

Centre Inffo vous conseille également

Publicité
Advertisement