Comment l’Opco Atlas accompagne la mise en œuvre de l’Afest

Où en est-on de la mise en œuvre des actions de formation en situation de travail (Afest), trois ans et demi après la formalisation d’un cadre légal par la loi avenir professionnel ? Opco Atlas répond en vidéo.

Par - Le 16 mars 2022.

Après la VAE en 2002, la création d’un cade légal pour l’Afest par la loi du 5 septembre 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel est une étape supplémentaire majeure pour la reconnaissance de la valeur formative du travail. Héritière du compagnonnage, l’Afest vient rappeler que, sous certaines conditions, la transmission n’est pas l’apanage des seuls organismes de formation mais s’organise au sein même de l’entreprise, entre collaborateurs.

En première ligne pour accompagner le déploiement de l’Afest, les opérateurs de compétences sont l’interlocuteur de proximité des entreprises. Dans un entretien accordé au Quotidien de la formation, Mathieu Carrier, directeur ingénierie et innovation d’Atlas, l’opérateur de compétences des services financiers et du conseil, précise le double rôle des Opco : inventer les ingénieries de financement, mais aussi proposer des méthodologies de mise en œuvre.

Montée en puissance progressive

Dans cette première vidéo, Mathieu Carrier évoque le décollage progressif de l’Afest, avec 20 dossiers pris en charge par Opco Atlas en 2020 et une cinquantaine en 2021. Objectif 2022 : renforcer la promotion du dispositif pour l’inscrire dans la durée.

Intérêts de l’Afest

L’Afest n’a pas vocation à remplacer les actions de formation classiques, mais constitue un levier d’activation de la compétence inscrit dans le quotidien du travail. Le directeur ingénierie et innovation d’Atlas énumère les trois principaux avantages pour les entreprises : combler les carences de l’offre de formation du marché, former au plus près des besoins, penser l’entreprise comme un lieu d’acquisition de la connaissance et de la compétence.

Mathieu Carrier le rappelle, l’Afest est une modalité pédagogique dépourvue de financement spécifique. Comme les autres Opco, Atlas a dû penser l’intégration de l’Afest dans les dispositifs existants. En matière d’accompagnement, Atlas finance des actions d’appui-conseil qui recourent notamment à des prestataires externes. Pour le financement direct des actions de formation, Atlas active deux leviers :

  • plan de développement des compétences, avec un forfait de 20 euros de l’heure dans la limite de 150 heures
  • professionnalisation, avec notamment un forfait de 500 euros pour la mise en œuvre d’un module de formation Afest dans le cadre du contrat de professionnalisation expérimental,  étendu au contrat de pro de droit commun et à la Pro-A en sortie d’expérimentation.

À noter que si la loi n’autorise pas le financement de l’Afest dans le cadre de l’apprentissage, rien n’empêche la mise en œuvre d’une méthodologie Afest.

Intéressé par l’Afest ? Rendez-vous le 22 mars pour notre master class Afest : les initiatives prises et les conditions à réunir pour développer sa mise en œuvre :
www.centre-inffo.fr/evenements/master-class-afest-les-conditions-a-reunir-pour-developper-sa-mise-en-oeuvre

Centre Inffo vous conseille également