La mobilité des apprentis au service des élèves en difficulté

À Caussade (Tarn-et-Garonne), le lycée polyvalent Claude Nougaro promeut la mobilité en entreprise dans le cadre d’Erasmus+ pour soutenir ses élèves les plus en difficulté. L’initiative a été longuement présentée lors d’une table-ronde organisée par le ministère de l’Éducation nationale dans le cadre d’une séquence de deux jours à la Sorbonne consacrée au programme d’échange européen.

Par - Le 21 janvier 2022.

Elle est partie en Autriche pour apprendre… l’anglais, et a beaucoup appris auprès des gens avec qui elle a travaillé. Jade Rabetrano, ancienne élève du lycée polyvalent Claude Nougaro de Caussade, en Occitanie, était appelée à témoigner de son expérience de mobilité, réalisée dans le cadre du programme européenne Erasmus+, lors d’une séquence de deux jours organisée sur le sujet à la Sorbonne les 19 et 20 janvier 2022 par le ministère de l’Éducation nationale. Elle s’est tenue dans le cadre de la présidence française du Conseil de l’Union européenne.

L’occasion, pour le ministre Jean-Michel Blanquer, de promouvoir la création sous le mandat présidentiel d’Emmanuel Macron d’une unité facultative de mobilité européenne pour les lycées professionnels, mais aussi celle des campus des métiers et des qualifications « dotés à chaque fois d’une forte dimension européenne ». Il appelle à la création « dans les années à venir » de campus de métiers européens jumelés entre eux.

Triptyque de la mobilité

Était réuni le temps d’une table-ronde baptisée « J’ai osé la mobilité entreprise », un triptyque de la mobilité en enseignement professionnel. Soit un enseignant, une élève et un chef d’entreprise. « Cette mobilité m’a apporté confiance en moi du fait de ne pas être à domicile et de devoir parler en langue étrangère. C’était dur au début mais je suis heureuse d’avoir participé », s’est enthousiasmée Jade Rabetrano. Son établissement scolaire se veut moteur en matière de mobilité, ayant intégré un consortium de cinq établissements de la région Occitanie pour, entre autres, soutenir les élèves le plus en difficulté via une expérience à l’étranger. En l’occurrence, des élèves orientés « par défaut », dans une filière ne correspondant pas à leurs souhaits, des absentéistes voire des décrocheurs. « Nous sommes convaincus que la mobilité peut provoquer un choc salutaire en les amenant à s’affirmer et à s’adapter dans un contexte qu’ils ne connaissent pas », avance Patrick Tardy, professeur du lycée et lauréat pour ce consortium du Prix européen de l’enseignement innovant.

Augmenter les qualifications

Parmi les entreprises accueillant des élèves de cet établissement, l’Espagnole Massilly Ibérica Iberembal se sent « obligée moralement de rendre à la société européenne l’effort qu’elle fournit » selon les mots de son directeur Enrique Mastral. Sur le plan opérationnel, accueillir des apprentis répond à son sens aux défis de la numérisation et de l’industrie du futur en permettant une hausse du niveau de qualification des employés.

Également invité à s’exprimer, le ministre irlandais chargé de l’enseignement supérieur, de l’enseignement et de la formation professionnels, de la recherche, de l’innovation et de la science, Simon Harris, a souligné le renforcement des compétences professionnelles comme personnelles des élèves grâce à une expérience de mobilité à l’étranger. Il indique que 57% ont exprimé s’être améliorés à cette aune selon un récent rapport de l’agence nationale irlandaise pour la formation professionnelle. Cela leur permettant in fine d’être plus employables.

Centre Inffo vous conseille également