Les Innovantes de la formation de Cap métiers, le 13 septembre 2022, table ronde numéro 1.

Les innovantes de la formation passent les référentiels métiers au crible

Lors de la première table ronde des Innovantes de Pessac, qui se tenaient les 13 et 14 septembre, il a été question des référentiels professionnels et de leur utilité dans l’orientation et la formation.

Par - Le 15 septembre 2022.

C’est en quelque sorte à un inventaire à la Prévert des différents référentiels professionnels qu’a été consacrée la première table ronde des Innovantes de la formation. L’événement, qui se tenait les mardi 13 et mercredi 14 septembre, à Pessac, en Gironde, au Centre régional Vincent Merle, a ainsi rassemblé des intervenants pour tenter d’expliquer les différentes approches sur le sujet. Première à prendre la parole, Frédérique Alexandre-Bailly, directrice de l’office national d’information sur les enseignements et les professions (ONISEP), venue présenter Avenir(s).

Accès à une plateforme

« Ce programme est en cours de démarrage et vise à être co-construit avec les acteurs de terrain et adapté à chaque territoire, comme l’appelait de ses voeux Jean-Louis Nembrini », le vice-président de la région Nouvelle-Aquitaine à la formation, dans son propos liminaire. « Concrètement, du collège jusqu’à l’arrivée vers l’emploi, les jeunes auront accès à une plateforme qui ne leur dispensera pas seulement des informations sur les formations mais aussi des renseignements concrets sur ce que j’appellerais le savoir devenir”. Ils pourront ainsi développer un portfolio de compétences, celles acquises dans leurs formations mais aussi celles venues d’expériences plus personnelles, acquises dans l’associatif ou le sport par exemple. Nous allons créer un outil permettant de prendre en compte ces compétences. »

Donner un sens aux compétences

Catherine Beauvois, en charge du projet compétences 4.0 à Pôle emploi, a également pris la parole pour évoquer la manière dont est prise en compte la conjoncture, et en particulier la double transition numérique et écologique des métiers, dans la création d’un référentiel. « Le référentiel ROM 4.0 vise à créer un langage commun pour permettre de faire comprendre au mieux les subtilités des quelque 11000 appellations d’emplois recensées. En partant du terrain, nous sommes en train d’élaborer un outil proposant aux jeunes de comprendre comment leur agilité leur permettra de comprendre les besoins des entreprises et de s’y adapter. »

Projet Rectec

Autre évocation, celle du projet Rectec, un nouvel outil pour évaluer les compétences transversales, présenté par Alexandra Sanchis, responsable service supports métiers à l’INSUP Bordeaux. « Né de la volonté d’Erasmus Plus dès 2013, ce programme vise à objectiver les compétences transversales, les faire évaluer de façon neutre par des professionnels, afin quelles servent les projets de chacun. Elles sont organisées autour de trois pôles: organisationnel, communicationnel et réflexif. » Directrice de l’association accueil insertion Sud Charente, Isabelle Naud a expliqué comment, sur le terrain,  ces référentiels peuvent être utiles aux  professionnels. « La difficulté, c’est de faire comprendre à un public qui a souvent connu beaucoup d‘échecs qu’il a des compétences, qu’il peut les identifier pour aller ensuite acquérir d’autres compétences, plus techniques. Que veulent dire exactement les entreprises en parlant de l’importance du savoir-être? En quoi cela fait-il sens? ». Déterminer cela, c’est tout l’objectif des référentiels présentés lors de cette première table ronde.

Centre Inffo vous conseille également

Digiforma