Photo de Marie-Caroline Missir, directrice générale de Canopé, alors directrice de la rédaction l'Etudiant, février 2016

Marie-Caroline Missir, directrice générale de Canopé, alors directrice de la rédaction l’Etudiant, février 2016

Le Quotidien de la formation

« Nous sommes dédiés au déploiement de l’innovation » (Marie-Caroline Missir, Canopé)

Marie-Caroline Missir est depuis mars 2020 directrice générale de Canopé, réseau de création et d’accompagnement pédagogiques de l’Éducation nationale. Elle met en œuvre les nouvelles orientations souhaitées par son ministre de tutelle, Jean-Michel Blanquer. Au premier rang desquelles la transition numérique de l’Éducation nationale.

Par - Le 11 février 2022.

C’est une aventure passionnante que vit l’ex CNDP, centre national de la documentation pédagogique, devenu Réseau Canopé en 2015 et recentré depuis fin 2019 sur la formation tout au long de la vie des enseignants. Une mission prise à bras le corps avec un fort tropisme innovation par sa directrice générale nommée en mars 2020, Marie-Caroline Missir. L’ex directrice du développement de l’un des fleurons de l’edtech française[ 1 ]DigiSchool. a un objectif clair, précisé dans le contrat d’objectifs et de performance 2021-2024 conclu avec le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer : « recentrer les missions de l’établissement sur la formation des enseignants, notamment au et par le numérique, dès leur entrée dans le métier et tout au long de la vie. »

Un réseau, des partenaires

Armé d’une nouvelle feuille de route, le Réseau Canopé part à la conquête de ses objectifs fort de sa certification Qualiopi et du maintien de son imposant maillage géographique. Avec ses 12 directions territoriales, 5 directions académiques et 102 ateliers Canopé (voir encadré) implantés dans chaque département, le réseau se déploie comme un vaisseau amiral de la formation tout au long de la vie des enseignants. Le port d’attache ? Chasseneuil-du-Poitou, à la périphérie de Poitiers, « capitale de l’éducation » qui concentre autour de la technopole du Futuroscope le siège du Réseau Canopé, mais aussi ceux du Centre national d’enseignement à distance (Cned), dédié aux élèves et aux étudiants, et de l’Institut des hautes études de l’éducation et de la formation (IH2EF), davantage tourné vers la formation des cadres. De quoi constituer un véritable « pôle numérique de l’éducation et de la formation », incarné dans des projets structurants comme la plateforme de formation initiale et continue e-Inspé, bâtie par le réseau Canopé en partenariat avec le Cned dans le cadre du Programme d’investissements d’avenir.

Les Ateliers Canopé, tiers lieux de l’Éducation nationale
Successeurs des centres départementaux de documentation pédagogique(CDDP), les Ateliers Canopé sont présents dans l’ensemble des départements. À la fois centres de ressources pédagogiques éditées par Canopé et centres de formation, les Ateliers Canopé hébergent des médiateurs qui accueillent aussi bien les enseignants que les partenaires extérieurs. Pour Marie-Caroline Missir, ce sont « tout simplement des tiers lieux », ouverts au montage de projets, aux expérimentations et à la formation.

Innovation

Acteur central de l’innovation pédagogique, le Réseau Canopé est à la fois à la pointe du numérique et soucieux de ne pas réduire le sujet à la technologie. À titre d’exemple, Marie-Caroline Missir rappelle l’organisation annuelle d’un hackaton thématique qui permet aux enseignants de se constituer en équipe et d’intégrer s’ils le souhaitent parents, élèves et étudiants, pour réfléchir ensemble à des innovations pédagogiques. Thème pour cette année : repenser les évaluations. Autre exemple avec Archiclasse, un outil qui permet de repenser les espaces scolaires pour favoriser les apprentissages.

Dans le champ du digital, Canopé multiplie les plateformes de formation à distance et est opérateur des Territoires numériques éducatifs (TNE). Exit le traumatisme du plan informatique pour tous de 1985, « le dispositif vise à activer en même temps trois leviers », souligne Marie-Caroline Missir : « l’équipement, la mise à disposition de ressources numériques et la formation des personnels. » Illustration par l’exemple avec un marché public de 31 millions d’euros clos en juillet 2021 qui prévoit l’achat de ressources edtech, leur mise à disposition gratuite auprès des enseignants et un plan de formation au bon usage en classe.

Accélérateur pédagogique

L’action de Canopé, c’est aussi un rôle structurant qui résonne avec le souci d’autres organisations professionnelles de créer un véritable écosystème de l’innovation. En septembre 2021, s’est ainsi ouvert un « accélérateur pédagogique » qui propose aux edtech de venir tester leurs solutions auprès d’enseignants, avec l’appui des services d’ingénierie pédagogique de Canopé. Utile à l’amélioration de la qualité pédagogique, l’accélérateur répond aussi aux besoins des entreprises edtech qui y trouvent un service de mise en relation et apprennent à mieux connaitre l’Éducation nationale et le fonctionnement des marchés publics. Selon Marie-Caroline Missir, l’initiative suscite l’engouement et plus de 60 entreprises ont déjà contacté l’accélérateur depuis sa mise en œuvre. Comme en témoigne l’exemple d’une association edtech normande qui a signé une convention avec le Canopé local pour être accéléré, le déploiement territorial est enclenché.

Reste que la directrice générale du Réseau Canopé ne cache pas les freins qui restent à lever. Du côté de l’Éducation nationale, ce sont parfois les contraintes juridiques qui encadrent le système qui rendent difficiles l’intégration de l’innovation au rythme souhaité. Du côté des edtech, il y a certainement une réflexion à mener sur l’open source et le logiciel libre. « Quand on est un acteur de l’État et que l’on s’adresse aux élèves et aux enseignants, la nécessité d’avoir des LMS[ 2 ]Learning Management Systems, ou plateformes de gestion de la formation. non propriétaires est absolument indiscutable » défend Marie-Caroline Missir. D’où l’appel à multiplier les échanges entre opérateurs publics et acteurs privés.

« Il nous faut être pleinement un opérateur de formation »

« 2022 sera l’année de concrétisation de notre contrat d’objectifs et de performance », conclut Marie-Caroline Missir. Ce qui suppose de continuer à structurer l’ensemble de l’activité autour de la formation. Avec, in fine, « l’objectif que tout ce qui est investi à l’intérieur de Canopé soit tourné vers l’extérieur et se matérialise par un impact auprès de nos cibles. »

TRANSVERSALITÉ ET DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL
Le Réseau Canopé en 2021, c’est 1 260 salariés et quelques 200 000 enseignants ou futurs enseignants formés et accompagnés en présentiel (34 %) comme à distance (34 %) ou en hybride (32 %). Au gré des besoins, l’offre construite en lien avec le schéma directeur de la formation continue publié chaque année par le ministère de l’Éducation nationale, se déploie via les multiples services du réseau : ateliers Canopé, plateforme CanoTech pour l’accompagnement pédagogique, M@gistère pour la formation continue, eTwinning pour les échanges internationaux, Moocs, etc. Les domaines d’intervention sont multiples et couvrent peu ou prou tout ce qui ne relève pas du disciplinaire : numérique, développement professionnel, éducation au développement durable, éducation aux médias et à l’information, compétences psychosociales de l’enseignant, sciences cognitives, laïcité, arts et culture, égalité filles-garçons, … Souple, l’offre Canopé se décline au sein même du réseau comme en résidence d’établissement ou au sein des Inspé (Institut national supérieur du professorat et de l’éducation), à leur demande.Objectifs stratégiques du COP 2021-2024

  1. Devenir un réseau de formation tout au long de la vie des enseignants, dans un environnement numérique
  2. Porter une offre de formation intégrée dans les stratégies académiques, en proximité avec les enseignants
  3. Identifier ou concevoir, puis diffuser une offre de ressources et de services numériques intégrée aux actions de formation des enseignants
  4. Amplifier la démarche d’organisation apprenante au service de l’évolution des missions de l’établissement
  5. Assurer une action pérenne auprès de la communauté éducative en garantissant un modèle économique soutenable financièrement, intégrant un développement des ressources propres.

Notes   [ + ]

1. DigiSchool.
2. Learning Management Systems, ou plateformes de gestion de la formation.

Centre Inffo vous conseille également