Gestionnaire du CEP dans le Grand Est, la CCI de Meurthe-et-Moselle accentue la personnalisation de l’offre

Au titre de la Chambre de commerce et d’industrie de Meurthe-et-Moselle, un groupement régional s’apprête à gérer le conseil en évolution professionnelle dans le Grand Est. Il compte s’appuyer sur son maillage territorial.

Par - Le 27 novembre 2019.

Sans disposer d’informations quant aux autres postulants pour la région, Zohra Amara attribue le succès de la candidature de la CCI  au « maillage de proximité très important » dont dispose le groupement, avec une quarantaine de sites d’accueils ouverts sur toute la région. Des audits sont prévus tous les trimestres, qui conduiront à ouvrir de nouveaux sites si le besoin est exprimé.

« Nous n’apporterons pas forcément plus que le Fongecif, estime-t-elle. Déjà, le CEP n’est pas le même puisqu’il a été rénové avec un nouveau cahier des charges. » En revanche, la responsable relate que le groupement a « insisté sur la personnalisation de l’offre » dans sa proposition technique, en plus du maillage territorial. Les nouvelles technologies seront notamment appelées à ces fins, sous forme de plateformes pédagogiques par exemple. Des entretiens à distance seront aussi possibles pour les bénéficiaires, s’ils le souhaitent.

CCI mandataire d’un groupement

La CCI de la Meurthe-et-Moselle, désignée pour le Grand Est, est mandataire pour un groupement de deux réseaux spécialistes de l’accompagnement, à savoir les CIBC [ 1 ]Centres interinstitutionnels de bilan de compétences et le réseau Retravailler tous deux du Grand Est. Si elle a été officiellement désignée, c’est parce que le CIBC de Meurthe-et-Moselle, dont la responsable Zohra Amara est directrice de projet pour le groupement, est ici un service de CCI Formation, placé lui-même sous la houlette de la CCI du département. « Nous ne raisonnons plus en tant qu’organisme mais en tant que groupement », commente la responsable.

 176 000 personnes attendues

En tout, 176 000 personnes sont attendues sur la durée du marché, de 2020 à 2023, à l’échelle de toute la région. La directrice de projet s’attend à accueillir proportionnellement plus de monde en Alsace, du fait du nombre d’actifs occupés sur cette zone géographique. Les calculs en la matière restent cependant à affiner. Pour toucher ce public, un accent sera porté sur la communication, avec la mise en place d’un plan de promotion.

Les contacts passeront aussi par tout un réseau de partenaires, incluant les CCI de la région, les chambres de métiers et de l’artisanat, les chambres d’agriculture, les branches, les partenaires sociaux ou encore les responsables ressources humaines et les clubs d’entrepreneurs. Des liens sont aussi prévus avec les autres acteurs du CEP que sont Pôle emploi, Cap emploi ou les missions locales, dans l’ambition de « faire un CEP global ».

Zohra Amara souligne en outre que les réponses qui seront délivrées aux bénéficiaires ne seront pas prescriptives et pourront être apportées à « toute question relative à l’emploi, à l’évolution professionnelle, aux droits à la formation », le groupement ne prenant pas en charge lesdites formations. 

Notes   [ + ]

1. Centres interinstitutionnels de bilan de compétences

Centre Inffo vous conseille également