Journée ADevComp – “Les objectifs opérationnels l’emportent sur le développement des compétences” (Apec)

Chef de projet Études à l’Association pour l’emploi des cadres, Joseph Coviaux était l’invité de l’association pour l’accompagnement et le développement des compétences (ADevComp) mardi 3 mars, à Paris. L’occasion d’interroger les représentations des liens entre management et développement des compétences.

Par - Le 06 mars 2020.

Avec l’appui de l’Institut BVA, l’Apec s’est intéressé aux nouvelles attentes à l’égard du management dans une étude publiée en décembre 2019. À rebours d’une société qui, dans ses lois comme dans ses discours, place la compétence au centre des enjeux de la compétitivité des entreprises et de l’employabilité des personnes, il apparaît que la question de la professionnalisation des équipes est pour le management un sujet, certes présent, mais non prioritaire et plutôt périphérique.

Se pose la question de la juste appréhension de la notion même de compétence et d’une certaine diversité des attentes des acteurs (direction, management, collaborateurs). Dans un système où le mètre étalon s’incarne dans les résultats, la compétence, considérée comme un moyen, devient de facto un sujet secondaire par rapport à l’atteinte des objectifs opérationnels.

Objectifs opérationnels

Selon l’étude de l’Apec, il apparaît que la mission d’accompagnement au développement des compétences des équipes est mentionnée dans 40 % des offres d’emploi manager. “Surtout dans les grandes entreprises et beaucoup moins dans les PME-TPE”, précise Joseph Coviaux, qui souligne que “ce rôle est très souvent lié à des exigences d’autonomie et de responsabilisation des équipes”.

Du côté des managers, le sentiment dominant est que la question de la compétence n’est pas l’attente première de leur entreprise. Le trio de tête des priorités est constitué d’objectifs opérationnels : atteindre les objectifs fixés (44 %), garantir une production de qualité (42 %) et respecter les délais et les coûts (34 %). Loin derrière, l’objectif de professionnalisation des équipes et de développement des compétences de chacun n’est cité que par 16 % des répondants.

Principalement évalué sur sa performance opérationnelle, le manager s’occupe avant tout du management de l’activité (62 % de son temps contre seulement 38 % pour le management de son équipe). Mais Joseph Coviaux le souligne également, l’analyse comparée des attentes des managers et de leurs collaborateurs montre aussi que les premiers ont tendance à sous-estimer les attentes des seconds en termes de développement de compétences : ils sont ainsi seulement 24 % à estimer que le développement du potentiel de chacun fait partie des principales attentes de leurs équipes à leur égard, alors que 39 % des collaborateurs manifestent une telle attente.

Soft Skills

S’agissant de ses propres compétences, le manager doit désormais ajouter à de “solides compétences techniques métier” une maîtrise croissante des compétences relationnelles et comportementales (“soft skills”), au premier rang desquelles le sens de l’écoute. Celui-ci s’exerce à l’égard des collaborateurs comme de la direction et des clients. Au-delà de leur formation initiale, les managers insistent sur l’importance de l’expérience pour accroître leurs compétences.

Centre Inffo vous conseille également