France Stratégie publie un document de travail sur « l’inadéquation des compétences »

Un document de travail publié récemment par France Stratégie explore la question de l’inadéquation des compétences. Les auteurs plaident pour une approche renouvelée qui intègre le niveau de diplôme et le domaine de formation.

Par - Le 12 janvier 2021.

Pour Amandine Brun-Schammé et Martin Rey, auteurs du document de travail publié par France Stratégie, « l’inadéquation des compétences renvoie à l’utilisation sous-optimale des compétences d’un individu dans l’activité qu’il exerce ». Le terme s’applique aussi bien aux individus en situation de « sur-compétence » que de « sous-compétence ». Le sujet intéresse les politiques publiques car il est pointé comme facteur explicateur du ralentissement de la productivité nationale.

Problème, selon les auteurs, les méthodologies actuelles de mesure de la compétence ne permettent guère de distinguer ce qui relève d’un éventuel phénomène d’inadéquation de ce qui relève des performances individuelles. D’où leur proposition d’intégrer à toute démarche d’évaluation le niveau de diplôme et le domaine de formation des individus, « signaux essentiels du niveau de compétences d’un individu sur le marché du travail ». Ce faisant, les auteurs pensent pouvoir mieux traquer dans ce qu’ils définissent comme « l’incohérence apparente de compétences », ce qui relève de l’inadéquation et ce qui s’explique par les performances individuelles.

L’enquête PIACC

Selon les données de l’enquête conduite par l’OCDE en 2012 sur l’évaluation des compétences de base des adultes en littératie et numératie (PIAAC, 2012[ 1 ]Prochaine enquête en 2022.), il apparaît que 29 % des individus présentent une incohérence apparente de compétences au sein de leur métier. Parmi ceux-ci, les auteurs soulignent que 11% des personnes en emploi dans les métiers observés sont en incohérence par rapport à leur métier, « mais pas par rapport à leur profil de formation ». Révélatrice d’un possible positionnement inadapté sur le marché du travail, cette situation peut être corrigée par un changement de métier, « plus en ligne avec leur niveau de compétences », ou par un recours accru à la formation « pour corriger cette incohérence ». Laquelle, soulignent les auteurs, « peut toutefois également révéler une diversité des profils de formation au sein du métier ».

« Il apparaît néanmoins important de considérer qu’un écart de niveau de compétences au sein d’un métier ne constitue pas forcément une situation d’inadéquation de compétences, mais peut aussi révéler des performances individuelles particulières. »

Les 18 % restants présentent, eux, une incohérence sur les deux niveaux (métier et profil de formation). Cette incohérence s’expliquerait pour un tiers par les performances individuelles et pour deux tiers par l’inadéquation de compétences. Les auteurs soulignent le rôle correcteur essentiel de la formation continue, notamment dans le cas de performances individuelles insuffisantes. Et ceci, notamment pour les plus âgés, qui trouvent moins facilement que les autres une issue positive dans les solutions de réorientation professionnelle.

Comparaison internationale

La France présente une incohérence apparente de compétences similaire à celle des autres pays européens en termes de structure. Analysés par métier, les résultats français se situent toutefois en queue de peloton pour les compétences générales de base des personnes en emploi par rapport aux autres pays européens, à l’exception des directeurs et cadres de direction et, dans une moindre mesure, des spécialistes de l’enseignement.

  • Une nouvelle approche de l’inadéquation des compétences. Amandine Brun-Schammé et Martin Rey, document de travail France Stratégie, 28 p., janvier 2021 : format PDF – 1,42 Mo
Cet article est-il utile ?

Notes   [ + ]

1. Prochaine enquête en 2022.

Centre Inffo vous conseille également

Publicité - Devenir annonceur Lloyd's Register