Comment l’Etat et l’entreprise participent du développement des compétences (matinée Paris-Dauphine)

La deuxième table-ronde sur « les compétences de demain » organisée le 10 avril par l’Université Paris-Dauphine et Centre Inffo, posait la question du rôle de l’Etat et de l’entreprise dans le développement des compétences.

Par - Le 12 avril 2019.

« Il n’y a pas d’apprentissage spontané, l’apprentissage nécessite un environnement porteur, capacitant, des politiques qui structurent l’appétit d’apprendre« , rappelait en préambule Patrice Guézou, directeur général de Centre Inffo.

Le rôle des pouvoirs publics

Quel est le rôle de l’Etat pour garantir l’égalité d’accès à la formation après la loi du 5 septembre? « Les pouvoirs publics permettent un accès direct des salariés à la formation via le compte personnel de formation; s’occupent de la formation des demandeurs d’emploi via des pactes régionaux; et demandent des comptes aux entreprises (réalisation des entretiens professionnels et d’au moins une formation tous les six ans), rappelle Cédric Puydebois, sous-directeur des politiques de formation au ministère du travail, le code du travail pose le principe de la responsabilité de l’employeur dans l’adaptation au poste de travail« .

Selon le Céreq (Centre d’études et de recherches sur l’emploi et les qualifications), seuls 9% de salariés ont un contenu et une organisation de travail qui leur permettent d’apprendre au quotidien. « On a des leviers pour réduire l’inégalité d’accès à la formation si on se préoccupe du travail, de son contenu, estime Philippe Debruyne, président de Certif pro et administrateur CFDT de France Compétences, les employeurs ont une co-responsabilité sur les compétences et doivent savoir écouter le travail « .

Le rôle des entreprises

Axa Banque, pour accompagner sa transformation digitale, a mis en place une « organisation apprenante »: « On propose des e-Learning, un programme « d’auto-entreprenariat » pour développer des projets entre collègues, un partage de compétences sous forme de vidéos, et des formations tous les jeudi – techniques, développement personnel, etc. – auxquelles les salariés sont libres de s’inscrire« , explique Nadège Henry, DRH. La démarche s’accompagne d’un management « responsabilisant, participatif et apprenant« , avec « droit à l’erreur« . Le système de « flex-office » – absence de bureau attitré – participe à favoriser « la collaboration entre métiers » et « l’apprentissage par les pairs« .

« Les entreprises ont aussi un rôle à jouer sur leur territoire pour développer les compétences et l’insertion professionnelle« , souligne Philippe Debruyne. C’est ce que fait par exemple la Fondation Total: « Nous soutenons des initiatives dans des écoles de quartiers sensibles, nous accompagnons financièrement la fédération des écoles de production, et nous allons créer une « école de l’industrie du futur », solution de formation alternative pour des jeunes qui ne trouvent pas leur voie« , explique Manoelle Lepoutre, déléguée générale de la Fondation Total.

 

 

Centre Inffo vous conseille également

Pack Bimédia