Mobilité internationale des apprentis : une série d’études européennes

Le Cedefop publie une série d’études consacrées à la mobilité internationale des apprentis. Ces publications offrent un état des lieux détaillé de celle-ci pour chacun des 28 pays couverts, avec un focus sur la mobilité de longue durée (plus de 3 mois).

Par - Le 02 juillet 2020.

Chaque système d’apprentissage[ 1 ]Union européenne et Royaume-Uni est passé au crible par rapport à l’enjeu du développement de mobilités longues au bénéfice des apprentis. Quelles sont les projets et actions pilotes existants ? Les caractéristiques du système d’apprentissage et son organisation sont-elles favorables ou non, à de telles mobilités ? Les facteurs externes, tels que le tissu économique et le profil des employeurs, peuvent-ils être considérés comme facilitants, ou au contraire comme des freins ?

Si la mobilité longue des apprentis reste à l’échelle européenne un « phénomène de niche », d’après les mots du Cedefop, elle est appelée à se développer et constitue un objectif prioritaire, au niveau européen comme français. Lancée en 2016 par la Commission européenne, l’initiative « Erasmus Pro » se traduira ainsi dans la prochaine programmation Erasmus + 2021-2027 par un renforcement des budgets dédiés.

Les 28 études nationales, disponibles en anglais sur le site du Cedefop, offriront aux porteurs de projets de mobilité une ressource précieuse pour appréhender de manière fine l’environnement de leurs partenaires. Elles pourront aussi servir de repères pour orienter la construction de nouveaux consortia promouvant la mobilité des apprentis.

Centre Inffo, en tant que coordinateur national du réseau Refernet pour la France, a réalisé le rapport qui présente la situation française.

Plus d’informations :

Notes   [ + ]

1. Union européenne et Royaume-Uni
Logo Euroguidance Cette page bénéficie d’un financement de la Commission européenne dans le cadre du réseau Euroguidance

Centre Inffo vous conseille également