L’apprentissage en Outre-Mer : Question-Réponse parlementaire

Par - Le 17 juin 2019.

M. Maurice Antiste, sénateur de Martinique, a interrogé le Gouvernement lors de la séance des questions orales du 11 juin 2019 sur l’apprentissage en Outre-Mer.

Selon le sénateur, concernant l’outre-mer et particulièrement la Martinique, l’apprentissage est rendu  difficile en raison du tissu économique principalement constitué de microentreprises, ce qui rend l’accueil d’apprentis très difficile. D’ailleurs, si l’on prend en compte l’ensemble de l’alternance, apprentissage et professionnalisation, on observe une baisse des effectifs de 4,1 % par rapport à février 2018.

A la question du sénateur Maurice Antiste, le gouvernement répond le 12 juin 2019 , le  partager  le constat d’un chômage  important chez les jeunes dans les territoires d’Outre-Mer. Le gouvernement rappelle les mesures déjà prises (programmes d’investissement dans les compétences, livre bleu Outre-Mer, dispositif des emplois francs…). Le nombre de jeunes de jeunes en apprentissage augmente mais les chiffres en outre-mer, et en Martinique en particulier, ne sont pas satisfaisants. C’est la raison pour laquelle une ordonnance spécifique découlant de la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel sera dédiée aux Outre-Mer. Cette ordonnance a fait l’objet d’une large concertation, laquelle continue encore aujourd’hui avec les élus locaux à la fois pour dresser un diagnostic et proposer des solutions. Elle précisera les règles de gouvernance et de déploiement dans les outre-mer des dispositifs relatifs à l’apprentissage.

Source : JO Sénat du 12 juin 2019

Centre Inffo vous conseille également

Afnor