Copie d'écran d'Émilie Deverre, expert EFP auprès de l’Agence Erasmus+ et responsable projets ingénierie des certifications à l’Anfa, lors du webinaire sur la reconnaissance de la mobilité européenne en formation professionnelle initiale, jeudi 10 novembre 2022

Émilie Deverre, expert EFP auprès de l’Agence Erasmus+ et responsable projets ingénierie des certifications à l’Anfa, lors du webinaire sur la reconnaissance de la mobilité européenne en formation professionnelle initiale, jeudi 10 novembre 2022

Quand la mobilité internationale enrichit le parcours professionnel

Après l’Europass Mobilité, présentation par l’Agence Erasmus+ France Éducation Formation et le réseau des experts Erasmus+ de l’enseignement et de la formation professionnels de deux autres dispositifs de reconnaissance des acquis de la mobilité européenne en formation professionnelle initiale : l’unité facultative de mobilité et la reconnaissance certificative des métiers.

Par - Le 21 novembre 2022.

23 000
En 2002, l’agence Erasmus+ France Éducation & Formation a financé plus de 23 000 bourses de mobilité à destination des élèves de la voie professionnelle, des apprentis et des stagiaires de la formation.

Sébastien Thierry, directeur général adjoint de l’agence Erasmus+ France Éducation & Formation, l’a souligné en ouverture du webinaire consacré à la reconnaissance de la mobilité européenne en formation initiale, « la valorisation des compétences professionnelles acquises à l’étranger est un levier important pour enrichir le parcours professionnel d’un élève ou d’un apprenti. » Après l’Europass mobilité (notre article), zoom sur deux autres dispositifs de nature à permettre la capitalisation de l’expérience internationale.

L’unité facultative de mobilité

L’unité facultative de mobilité (UFM), ou option de mobilité pro, porte sur la reconnaissance de compétences transversales liées à la mobilité professionnelle. Elle a été créée en 2014, expérimentée pendant trois ans au sein des bac pro, puis étendue après évaluation aux autres diplômes de la formation de niveau 3 et 4. Deux épreuves sanctionnent l’unité facultative, une qui se déroule dans le pays d’accueil durant la mobilité et une autre, à l’oral, dans les trois mois qui suivent le retour dans le pays d’origine.

« Dispositif complet et clés-en-main pour mettre en œuvre une reconnaissance de la mobilité », l’UFM s’appuie sur un référentiel structuré en deux parties qui analyse quatre compétences relatives à la découverte professionnelle en mobilité [ 1 ]Comprendre et se faire comprendre dans un contexte professionnel étranger ; Caractériser le contexte professionnel étranger ; Réaliser partiellement une activité professionnelle sous contrôle dans un contexte professionnel étranger ; Comparer des activités professionnelles similaires, réalisées ou observées, à l’étranger et en France. et deux compétences clés de la découverte culturelle en mobilité[ 2 ]Se repérer dans un nouvel environnement ; Identifier des caractéristiques culturelles du contexte d’accueil..

Ouvert de droit commun aux bac pro, l’unité facultative de mobilité peut être mobilisée pour d’autres types de diplômes, sur décision des commissions paritaires consultatives. De l’avis des acteurs, l’UFM se révèle simple à mettre en œuvre mais nécessite quelques précautions. Ainsi, au Campus du Lac, école Professionnelle de la CCI de Bordeaux, tous les lycéens et apprentis concernés bénéficient d’une heure hebdomadaire de préparation à la mobilité, avec deux séances exclusivement dédiées à l’UFM. « Cela leur permet de s’imprégner de la démarche et de disposer d’outils pour collecter les informations qu’ils devront exploiter à leur retour », explique Christelle Banse, référente mobilité coordinatrice de projets européens.

Au-delà du bénéfice pour les jeunes, Emmanuel Franc, enseignant référent à l’action européenne et internationale au lycée Léonard de Vinci et chargé de mission au rectorat d’Amiens, constate une « dynamisation » des établissements qui mettent en œuvre l’unité facultative. D’une part, des rapports nouveaux et une confiance accrue se développent entre jeunes et enseignants, d’autre part, les enseignants eux-mêmes tirent profit du travail en équipe.

Reconnaissance des compétences métiers

Plus complexe que l’unité facultative de mobilité, la reconnaissance certificative des compétences métiers passe par l’intégration de la mobilité dans les parcours de formation en vue de la certification. « Il s’agit d’évaluer les compétences métier acquises par les apprenants en mobilité dans le but de les reconnaître pour l’obtention de tout ou partie d’une unité professionnelle constitutive de la certification professionnelle de niveau 3 ou 4 », explique Émilie Deverre, expert EFP auprès de l’Agence Erasmus+ et responsable projets ingénierie des certifications à l’Anfa[ 3 ]Association nationale pour la formation automobile.. La cible est large puisque sont concernés les candidats scolaires en établissement public ou privé, les apprentis, les contrats de professionnalisation dans le cadre de l’obtention d’un titre professionnel ou d’un CQP et les stagiaires de la formation professionnelle relevant d’un établissement public.

Il s’agit d’un dispositif tripartite qui mobilise durant les trois étapes de la mobilité – avant, pendant et après -, un organisme d’envoi, un organisme d’accueil (centre de formation ou entreprise) et un organisme certificateur. « Les acquis d’apprentissage sont évalués par l’organisme d’accueil, validés par l’organisme d’envoi et reconnus par le certificateur », résume Émilie Deverre. Évoquant les conditions de réussite, elle souligne qu’il faut que la certification soit définie et organisées en unités d’acquis d’apprentissage, que le contrat pédagogique soit bien défini en amont et que l’ensemble des acteurs (direction, équipes pédagogiques, référents mobilité, apprenants) s’engagent en confiance pour un apprentissage de qualité.

MONTER UN PROJET DE MOBILITÉ
Besoin d’accompagnement pour monter un projet ? Les équipes d’experts Erasmus + France de l’enseignement et de la formation professionnels sont joignables par courriel à Courriel: experts.efp [at] agence [tiret] erasmus.fr (remplacez les indications entre crochet).
L’Agence Erasmus + France Éducation & Formation annonce la mise en ligne prochaine d’un guide pratique sur la reconnaissance des mobilités en formation professionnelle initiale.
Plus d’informations : https://agence.erasmusplus.fr/programme-erasmus/outils/experts-erasmus-efp/

 

Notes   [ + ]

1. Comprendre et se faire comprendre dans un contexte professionnel étranger ; Caractériser le contexte professionnel étranger ; Réaliser partiellement une activité professionnelle sous contrôle dans un contexte professionnel étranger ; Comparer des activités professionnelles similaires, réalisées ou observées, à l’étranger et en France.
2. Se repérer dans un nouvel environnement ; Identifier des caractéristiques culturelles du contexte d’accueil.
3. Association nationale pour la formation automobile.

Centre Inffo vous conseille également