Interview

« Les innovations technologiques doivent servir la formation, mais pas l’inverse » (Daï Shen, Groupe Demos)

Daï Shen, senior vice-president de Weidong Cloud Education, directeur de Brest Business School et du groupe Demos, évoque pour Centre Inffo les changements dans le comportement des apprenants, des formateurs et les évolutions des outils au service de la pédagogie.

Par - Le 04 octobre 2019.

Le Quotidien de la formation : En quoi, selon vous, la pédagogie a-t-elle évolué ces 15 dernières années dans l’univers de la formation professionnelle ?

Daï Shen : L’évolution a été considérable afin de s’adapter aux besoins de plus en plus variés des gens. Les nouvelles générations sont, par exemple, en demande de pédagogies alternatives par rapport à leurs aînés. Il y a encore quelques années, les apprenants venaient se former, souvent sur l’injonction de leur entreprise, afin de se conformer aux besoins collectifs de cette dernière. Un bon nombre d’entre eux n’était pas motivé. Aujourd’hui les gens « débarquent » en formation avec des objectifs précis, afin d’acquérir de nouveaux savoir-faire, de nouvelles compétences et surtout pour améliorer leur employabilité. Par ailleurs,  les interactions avec nos formateurs sont de plus en plus riches

QDF : Pouvez-vous donner quelques exemples ?

D. S : Nous avons, par exemple, mis en place des systèmes de classes inversées. Les gens répondent à des questionnaires en amont afin que nous, organisme formateur, puissions cerner leurs attentes et leur proposer les formations les plus adaptées à leurs besoins. Dans nos formations, tant en mode distanciel qu’en présentiel, nous réalisons de plus en plus de cas pratiques. Grâce à Internet et aux sources d’information pléthoriques qui existent, les gens sont de mieux informés s’agissant de la partie théorique. Nous pouvons donc davantage nous consacrer à la partie pratique, opérationnelle et démonstrative. Désormais les apprenants ne se contentent plus d’un certain « vernis de connaissances » comme auparavant. Ils recherchent de l’approfondissement. C’est ainsi que, de plus en plus, à l’issue d’une formation, nos intervenants pratiquent un véritable feedback [ 1 ]Retour d’information avec les apprenants, soit par e-mail, soit par SMS. Il s’agit d’un véritable continuum d’apprentissage.

QDF : Fondamentalement, en quoi la technologie influe-t-elle sur la pédagogie ?

D. S : Les innovations technologiques doivent servir la formation mais pas l’inverse. Nous utilisons toutes sortes de pédagogies avec, par exemple, des “ Wikipedia [ 2 ]Encyclopédie collaborative en ligne” internes. Par ailleurs, nous faisons de plus en plus appel à des outils de réalité virtuelle. À l’image de la prise de parole en public qui est fondamentale, notamment pour un manager lorsqu’il souhaite exprimer ses idées. Il est certes possible de filmer les gens puis de livrer un feedback, ce que nous pratiquons depuis longtemps. Mais cette technique peut gêner les apprenants qui sont timides. Avec le casque de réalité virtuelle, la crainte s’évanouit. Le stagiaire peut se « lâcher » et s’entrainer à loisir. Grâce à cette technique, nous faisons également pratiquer à nos apprenants les techniques de négociation en anglais ou en chinois.

Évidemment nous privilégions le smartphone, par exemple pour nos apprenants qui préparent des examens, notamment dans la sphère financière. Une de nos applications permet de réviser avec des quizz ludiques, par exemple, dans le métro, s’ils le souhaitent. En termes d’innovation technologique, nous sommes, en permanence, à l’écoute de nos clients et de leurs demandes afin de leur proposer l’offre la mieux adaptée à leurs besoins.

Notes   [ + ]

1. Retour d’information
2. Encyclopédie collaborative en ligne

Centre Inffo vous conseille également