Une communauté d’experts en apprentissage pour former « un vrai pôle européen de connaissances » (Lisa Rustico, Cedefop)

La communauté d’experts en apprentissage du Cedefop se réunissait pour la seconde fois le 8 octobre dernier à Paris, à la suite d’un colloque organisé par le Cedefop et l’OCDE. Lisa Rustico, experte au département Apprentissage et Employabilité (Learning and Employablity) du Centre nous en dit plus sur ce groupe qui œuvre « au renforcement et à l’élargissement des connaissances sur l’apprentissage en Europe ».

Par - Le 16 octobre 2019.

Le Quotidien de la formation : La communauté d’experts en apprentissage du Cedefop a été créée fin 2018. Dans quel but ?

Lisa Rustico : C’est un projet de long terme du département Apprentissage et Employabilité du Cedefop [ 1 ]Centre européen pour le développement de la formation professionnelle qui vise au renforcement et à l’élargissement des connaissances sur l’apprentissage en Europe. Au travers cette initiative, l’intention est d’aiguiser notre compréhension de l’évolution des systèmes nationaux d’apprentissage et combler les manques quant aux informations dont nous disposons pour chaque pays, dans l’optique de constituer une solide base de connaissances nécessaire à l’analyse comparative.

Ce groupe réunit un ou plusieurs experts pour chaque pays [ 2 ]On compte généralement un expert par pays, à l’exceptions de ceux – comme la Belgique ou le Royaume-Uni – où coexistent des systèmes d’apprentissage différents. Tous les États membres de l’UE, ainsi que la Norvège et l’Islande sont représentés. Le seul pays à ne pas avoir encore nommé d’expert est la France., qui sont spécialistes de l’apprentissage et collaborent sur la base du volontariat. Il s’agit de professionnels indépendants qui travaillent au sein d’université, de centres de recherches, d’instituts nationaux dédiés à l’enseignement et à la formation professionnels, d’administrations publiques…

QDF : Quels sont les apports de cette nouvelle communauté par rapports aux précédents travaux du Cedefop ?

L. R : À partir de 2014, le Cedefop à publié des études thématiques présentant des systèmes d’apprentissage nationaux, mais cela ne concerne que neuf pays. Notre base documentaire sur les systèmes nationaux d’apprentissage, que les experts ont mis à jour couvre en revanche tous États membres de l’UE ainsi que la Norvège et l’Islande.
En outre, le travail de la communauté est davantage orienté vers la recherche, tandis que les études thématiques avaient pour but d’accompagner l’élaboration ou l’implémentation de réformes.

QDF : Pourquoi les experts se retrouvent-ils aujourd’hui ?

L. R : C’est la seconde fois qu’une telle rencontre à lieu. À l’occasion de cette réunion annuelle, nous faisons un bilan des actions mises en place cette année. Avec la mise à jour de notre base documentaire sur les systèmes nationaux, les experts ont œuvré en faveur du premier objectif que s’est fixé la communauté : la consolidation des connaissances.

Nous discutons également de nos projets pour l’année prochaine. La communauté va très certainement entamer les travaux sur le second grand objectif qui lui a été fixé : générer de nouvelles connaissances ! Nous avons déjà commencé à identifier des lacunes en matière de recherche, et mis à jour de nouveaux thèmes que nous aimerions davantage explorer. Je peux, pour l’heure, vous en citer deux : la gouvernance de l’apprentissage, et la formation en entreprise. D’autres propositions, soumises par les experts, vont également être examinées pendant notre réunion. Je ne peux pas encore donner de détails à leur sujet.

QDF : Quelle est la finalité de ces travaux ? Comment comptez-vous communiquer à leur sujet ?

L. R : La création de cette communauté et leurs travaux ont une grande valeur en eux-même. Nous ne rendons pas de comptes à des tiers. Nous voulons faire du bon travail, afin de former un véritable « pôle de connaissance » qui fera référence. Et ce d’autant plus que, depuis 2012, les réformes et initiatives politiques en matière d’apprentissage se sont significativement multipliées en Europe. Dans certains pays – je ne parle pas, bien entendu, de l’Allemagne, du Danemark ou encore de la Grande-Bretagne – la thématique reste encore sous-exploitée par la recherche.
L’idée, et c’est le troisième grand objectif de notre communauté, est aussi de créer un terrain de networking pour les experts, de favoriser le peer learning [ 3 ]apprentissage par les pairs, d’instaurer un dialogue entre eux. Les experts viennent d’horizons divers, et cela constitue donc une opportunité de créer des ponts entre le monde politique et la recherche sur le sujet qui nous occupe.

Par ailleurs, nous souhaitons être visibles. Une section du site Internet du Cedefop est consacrée à la communauté des experts elle-même et a leurs travaux. Soulignons également que de nombreux experts étaient présents hier lors du Symposium commun organisé par le Cedefop et l’OCDE.(Voir notre article)

 

Notes   [ + ]

1. Centre européen pour le développement de la formation professionnelle
2. On compte généralement un expert par pays, à l’exceptions de ceux – comme la Belgique ou le Royaume-Uni – où coexistent des systèmes d’apprentissage différents. Tous les États membres de l’UE, ainsi que la Norvège et l’Islande sont représentés. Le seul pays à ne pas avoir encore nommé d’expert est la France.
3. apprentissage par les pairs
Logo Euroguidance Cette page bénéficie d’un financement de la Commission européenne dans le cadre du réseau Euroguidance

Centre Inffo vous conseille également