Photo de Manal Rachdi, architecte du métavers Metakwark, devant son interprétation d'un cours en amphithéâtre

Manal Rachdi, architecte du métavers MetaKwark

Le groupe français Kwark lance son métavers éducatif

Qu’il s’agisse de la radio, de la télévision ou de l’internet, le monde de l’éducation et de la formation s’est toujours intéressé aux usages pédagogiques de la technologie. Alors que les progrès des univers virtuels 3D immersifs ouvrent de nouvelles perspectives, le groupe français Kwark éducation se lance sur le marché avec MetaKwark, son métavers éducatif ouvert aux étudiants pour la rentrée 2022.

Par - Le 08 avril 2022.

Plus réaliste, plus immersif et plus connecté, telle est la promesse du métavers, ce monde virtuel en 3D pour lequel Facebook s’est transformé en Meta avec l’ambition de supplanter l’internet à l’horizon 2030. Sans plus attendre, en France, c’est le groupe Kwark Education qui se lance dans l’aventure. Présenté mardi 5 avril, le MetaKwark, « premier métavers éducatif ouvert », est rentré en phase de test & learn pour accueillir ses premiers étudiants à la rentrée 2022.

Immersif

La définition du métavers selon Alban Miconnet, directeur général de Kwark éducation ? « Un environnement immersif virtuel 3D dans lequel des personnes représentées par un avatar vivent des interactions sociales et/ou économiques, ouvert 24h/24 et 7j/7, évolutif et adapté aux besoins. »

Entre réel et virtuel, le concept de métavers entend pousser la simulation à des niveaux jamais atteints. Ce qui se joue avec des avatars toujours plus sophistiqués, c’est un sentiment de présence et des interactions sociales d’un réalisme qui engage véritablement les participants. Mais là où l’ambition de Meta s’affiche comme un gigantesque programme de recherche et développement destiné à faire sauter les nombreux verrous technologiques et sociaux qui subsistent, celle du Metakwark est ancrée dans le présent. Moins fictionnels, les choix technologiques de Kwark Education garantissent dès aujourd’hui un accès pour tous à l’immersif éducatif : sans casque de réalité virtuelle ni équipement surdimensionné, et avec une bande passante dix fois inférieure aux besoins de la visio selon Clément Merville, président du studio Manzalab, le prestataire technique de Kwark Education.

Présence spatiale

Pour susciter l’engagement, le Metakwark a particulièrement travaillé la notion de présence spatiale, avec le concours du cabinet Oxo Architectes. Décors inspirés de la nature, bâtiments tout en transparence et ambiances sonores qui renvoient à la méditation, le Metakwark propose un univers un brin syncrétique, entre zen et feng shui. À grands renforts d’« émotions positives », l’espace du métavers doit être « motivant » et « stimulant », source d’inspiration pour les apprentissages. Pour l’architecte Manal Rachdi, « il ne s’agit pas de retranscrire le réel dans le virtuel mais de créer quelque chose d’unique. » Comme il le souhaitait, le résultat s’avère à la fois « complètement nouveau et crédible. » Après tout, des apprenants installés au milieu de la forêt, ça s’est déjà vu en classe verte…

Plus étonnant, d’autres situations pédagogiques montrées ce jour s’affranchissent sans complexe des tendances actuelles. Dans cette première version, point de classe inversée et d’univers centré apprenant mais au contraire, une puissante évocation de la transmission descendante avec, au centre d’un amphithéâtre, la figure du professeur érigée en super-héros, entourée d’une foule anonyme d’apprenants. À contre-courant, peut-être, mais somme toute, puissamment réaliste !

Campus connecté

L’offre de Kwark Education intéresse déjà plusieurs partenaires en quête de campus connectés. Le premier avantage du métavers, c’est peut-être celui de répondre à des besoins de masse : premiers partenaires, Mediaschool, groupe d’enseignement supérieur privé et de formation continue aux métiers de la communication, du digital et des médias, compte 10 000 étudiants, Eductive et sa vingtaine d’écoles spécialisées près de 17 000. MetaKwark, c’est aussi pour ses membres de nouvelles perspectives de développement et de renforcement opérationnel des partenariats. « MetaKwark va nous donner la capacité d’intégrer nos 65 écoles partenaires à l’international dans un seul campus », se félicite ainsi Florent Deisting, directeur du développement de l’ESC Pau Business School. Il le relève, c’est aussi la « désintermédiation de l’enseignement supérieur » qui est en ligne de mire : si l’offre s’étoffe, les étudiants pourront « prendre le meilleur de chaque école » et ainsi accéder à un diplôme d’un nouveau genre. Au-delà de l’effet de curiosité, il y a bien un nouvel écosystème qui se dessine avec l’essor de campus connectés toujours plus ouverts. Côté public, c’est la fondation Unit, qui fédère 80 écoles d’ingénieur, qui annonce par la voix de son président Mickael Matiosz avoir créé un groupe de travail dédié au MetaKwark. Et pour être au cœur du sujet, c’est dans le métavers que les quelques 50 participants se retrouveront à intervalles réguliers après une première réunion présentielle de lancement programmée pour la mi-avril.

CFA d’entreprise

Dans le monde de l’entreprise aussi, le métavers intéresse. Pour Antoine Grassiot, directeur du développement des ressources humaines de Chaussea, qui compte 3700 collaborateurs dont 600 apprentis, c’est la perspective d’une offre de formation à distance suffisamment attractive pour attirer les jeunes qui suscite l’intérêt. Implantée dans des petites villes qui peuvent être éloignées des CFA traditionnels, Chaussea a déployé en 2021 un CFA 100% digitalisé qui a déjà accueilli une centaine d’apprentis en quelques mois. Un succès qui motive Antoine Grassiot pour projeter un CFA Chaussea dans le MetaKwark d’ici un an. « Le metavers va renforcer les liens, c’est un moyen de ramener les jeunes éloignés de la formation vers l’apprentissage ! »

À Centre Inffo, c’est Patrice Guézou, directeur général, qui annonce la participation de l’opérateur public à l’aventure MetaKwark. Il s’agit d’être au cœur de ce qui s’annonce comme un nouvel écosystème de l’éducation et de la formation, avec l’ambition de se réinventer, au plus près des clients et partenaires. Au seuil de « l’histoire de ce nouvel environnement social en cours d’écriture », rendez-vous est pris pour septembre 2022, avec l’ouverture d’un stand virtuel Centre Inffo.

Visionner la conférence de lancement du MetaKwark.

 

Centre Inffo vous conseille également