L’État et les acteurs de l’intérim soutiennent le recrutement des personnes handicapées

La ministre du Travail Muriel Pénicaud et la secrétaire d’État en charge des Personnes handicapées, Sophie Cluzel viennent de signer une convention-cadre avec 10 acteurs du travail temporaire et du handicap pour faciliter l’embauche d’un public trop peu représenté dans ce secteur.

Par - Le 26 septembre 2019.

La convention signée par l’État et Prism’emploi [ 1 ]Entreprises du travail temporaire, Pôle emploi, Cheops [ 2 ]Représentant des Cap emploi, l’UNML[ 3 ]Union nationale des Missions locales, l’Apec [ 4 ]Association pour l’emploi des cadres, l’Agefiph [ 5 ]Association de gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées, le Faf-TT [ 6 ]Ex Opca  des salariés intérimaires maintenant partie de l’Opco des entreprises et salariés des services à forte intensité de main d’œuvre, le Fas-TT [ 7 ]Fonds d’action sociale du travail temporaire, et l’OIR [ 8 ]Observatoire de l’intérim et du recrutement et l’Unea [ 9 ]L’Union nationale des entreprises adaptées, mardi 24 septembre, doit  permettre de « favoriser l’accès à l’emploi et à la qualification des personnes en situation de handicap », via le secteur de l’intérim.

« Il y a 1,3 % d’intérimaires en situation de handicap, c’est trop peu, quand on sait que les entreprises manquent de compétences et qu’il y a 500 000 travailleurs handicapés au chômage », a souligné Muriel Pénicaud. « L’objectif de cette convention est le changement d’échelle, et je salue cet engagement inédit de tous ces acteurs », a ajouté Sophie Cluzel.

Renforcer les partenariats

Les 12 signataires s’engagent pour trois ans à échanger leurs expertises et à déployer des initiatives communes autour de l’emploi des personnes handicapées – sourcing, définition du projet professionnel, formation, recrutement, aménagement de poste, accompagnement personnalisé. La convention doit contribuer à renforcer les partenariats existants entre les signataires et  décrit les contributions de chacun à chaque étape.

Exemple de coopération réussie, autour du recrutement pour l’entreprise agroalimentaire Brindélices, dans le Val-d’Oise. Le Cap’emploi a d’abord visité l’usine pour appréhender l’environnement, les contraintes, et pouvoir mieux identifier des profils adaptés. Les candidats ont passé des tests à Pôle emploi, puis ont participé à un job-dating organisé par l’entreprise de travail temporaire Synergie, qui a accompagné l’intégration.

Tester les situations professionnelles

« L’intérim permet au travailleur handicapé de tester des situations professionnelles, des aménagements spécifiques du poste de travail, et d’accéder aussi à la sécurité de l’emploi avec le CDI intérimaire. C’est un formidable vecteur d’intégration », estime Daniel Augereau, président du directoire de Synergie. Cette entreprise de travail temporaire a sa propre mission handicap et a créé en 2018 le Label « Handi, c’est oui », déjà décerné à 25 agences.

Formation et accompagnement

Pour autant, la marge de progrès est immense puisque le secteur ne compte que 1,3 % d’intérimaires en situation de handicap, comme l’a rappelé Muriel Pénicaud. Pour aider les agences d’emploi à entrer dans une véritable démarche d’accompagnement, le Faf-TT a créé « parcours TH », qui comprend la formation de référents handicap dans les agences concernées, et la mise à disposition d’une boîte à outils.

La formation des intérimaires eux-mêmes est aussi un enjeu. Le Faf-TT propose un financement supplémentaire pour les actions de professionnalisation à destination des personnes handicapées, et a mobilisé 700 parcours de formation au bénéfice de personnes handicapées en 2018. « La branche s’appuie sur des dispositifs de formation spécifiques liés au CDI intérimaire et au contrat de professionnalisation intérimaire. Nous allons ouvrir des négociations de branche pour les améliorer », a précisé Alain Huninik, président du Faf-TT.

Notes   [ + ]

1. Entreprises du travail temporaire
2. Représentant des Cap emploi
3. Union nationale des Missions locales
4. Association pour l’emploi des cadres
5. Association de gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées
6. Ex Opca  des salariés intérimaires maintenant partie de l’Opco des entreprises et salariés des services à forte intensité de main d’œuvre
7. Fonds d’action sociale du travail temporaire
8. Observatoire de l’intérim et du recrutement
9. L’Union nationale des entreprises adaptées

Centre Inffo vous conseille également

Publicité - Devenir annonceur Ymag