Le Campus Mecateam basé en Saône-et-Loire recrute des étudiants en apprentissage dans le cadre d’une nouvelle formation.

Le Campus Mecateam basé en Saône-et-Loire recrute des étudiants en apprentissage dans le cadre d’une nouvelle formation.

Le secteur de la maintenance ferroviaire à la recherche d’apprentis

Basé en Saône-et-Loire, le Campus Mecateam recrute des apprentis dans le cadre d’une nouvelle formation en maintenance des systèmes de production. Ce cursus en alternance répond aux besoins en compétences du secteur ferroviaire. Une vingtaine d’apprentis devraient rejoindre le CFA du campus à la rentrée.

Par - Le 22 avril 2022.

Alors que la libéralisation des transports ferroviaires s’accélère, la maintenance des voies ferrées françaises vieillissantes représente un enjeu majeur. Pourtant les entreprises du secteur se plaignent du déficit préoccupant de main d’œuvre malgré une augmentation significative de l’activité. C’est pourquoi le centre de formation Campus Mecateam, basé à Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire) et créé il y a quatre ans, lance à la rentrée 2022 son premier BTS « maintenance des systèmes de production » adapté pour les engins ferroviaires et mobiles.

Une vingtaine d’apprentis à la rentrée

« Cette formation bac+2 ouverte en apprentissage, qui comptera une vingtaine d’étudiants, est la deuxième formation initiale portée par notre CFA créé l’an dernier au sein du Campus », explique Frédéric Saunier le directeur de ce campus créé par Mecateamcluster, un réseau de 130 entreprises du secteur. Cette nouvelle formation a pour objectif de compléter, sur un plan pédagogique, la mention complémentaire « maintenance des installations oléohydrauliques et pneumatiques » (bac +1), lancée l’an dernier qui accueillera une deuxième promotion à la rentrée. Les candidatures pour ces deux formations en apprentissage sont d’ores et déjà ouvertes sur Parcoursup et se poursuivront jusqu’à cet été. Ces formations seront dispensées en partenariat avec le lycée professionnel Claudie Haigneré de Blanzy, situé non loin du campus. « Grâce à ces deux formations, notre CFA va pouvoir former des jeunes capables d’assurer une maintenance « corrective » et « préventive » des engins de travaux ferroviaires », précise-t-il.

Un cursus centré sur des travaux pratiques

Concrètement, les cours pratiques et théoriques seront dispensés avec un rythme de deux semaines en entreprise et deux semaines en centre de formation. « Les enseignements délivrés par le campus se veulent surtout axés sur des travaux pratiques qui représentent plus de 70 % du temps de formation », note Frédéric Saunier qui souligne que pour favoriser l’immersion terrain, les enseignants disposent de plusieurs engins (bourreuse, régaleuse) et de trois « voies écoles » sur lesquelles se retrouvent l’ensemble des équipements présents sur le réseau ferré national dont des caténaires et un passage à niveau.

Recensement des postes disponibles

« Cette formation n’est pas réservée aux Bourguignons. Les entreprises qui accueillent les apprentis peuvent être implantées partout en France », note Frédéric Saunier. C’est le cas notamment de SNCF Réseau qui va intégrer cette année trois jeunes répartis sur ses sites de Lyon et Chambéry. « Plusieurs entreprises adhérentes de notre réseau veulent recruter un ou plusieurs jeunes apprentis dès la rentrée 2022, précise Frédéric Saunier. Contrairement à d’autres formations où l’apprenti doit trouver lui-même son entreprise d’accueil, notre CFA recense les postes disponibles au niveau national et propose les jeunes aux entreprises. Cela évite le tracas et le stress pour décrocher son alternance. Nos apprentis ont la quasi-assurance d’une embauche en CDI dans ce secteur en manque de personnels qualifiés et qui possède, à tort, une image peu attractive ».

Centre Inffo vous conseille également