France compétences à l’heure du premier bilan

Un an après la signature avec l’État de sa convention d’objectifs et de performance, France compétences a rendu son premier rapport d’exécution le 15 avril dernier. En 2020, l’instance de régulation a atteint 90% de ses objectifs. Un bilan positif au moment où la crise fragilise sa trajectoire financière et interroge la réforme de 2018.

Par - Le 26 avril 2021.

En créant France compétences, la loi Avenir professionnel a transformé la gouvernance du système de la formation professionnelle et de l’apprentissage. Chargée du financement et de la régulation, la nouvelle instance quadripartite était attendue sur ses résultats et suivie de près par son ministère de tutelle. La convention d’objectifs et de performance signée avec l’État en avril 2020 fixe quatre axes stratégiques et neuf objectifs précis. Un an plus tard, le 15 avril dernier, France compétences a remis son premier rapport dans lequel son activité est passée au crible de 17 indicateurs. L’instance se félicite d’avoir atteint 90% de ses objectifs malgré un contexte économique et sanitaire très dégradé.

Identification des besoins du marché

En 2020, France compétences a structuré sa mission de régulation du marché du conseil en évolution professionnelle (CEP) pour les actifs occupés, d’encadrement des projets de transition professionnelle (PTP) et d’animation des observatoires de branche. Optimiser l’identification des besoins en compétences des personnes et des entreprises représente un enjeu plus stratégique que jamais pour réussir la relance. Les 18 nouveaux opérateurs régionaux du CEP ont ainsi reçu plus de 100 000 actifs en 2020. L’instance a réalisé une enquête qualité et fait émerger des points d’amélioration en matière de délai et d’expertise en ingénierie de parcours. Ces prestataires jouent un rôle déterminant dans l’accompagnement des reconversions professionnelles. En 2020, France compétences a également mis en place des groupes de travail avec les observatoires de branche. Le développement d’un outil d’intelligence artificielle doit favoriser le repérage de passerelles et l’analyse des impacts de la crise en est une des réalisations concrètes.

Qualité et prix de l’offre de formation

En matière de régulation de la qualité et des prix de l’offre de formation, France compétences poursuit son travail de convergence des niveaux de prise en charge des contrats d’apprentissage à partir des remontées comptables des centres de formation. Une plateforme a été mise à leur disposition début avril. Ce chantier sensible devrait permettre à l’instance de déterminer les prochains niveaux de prise en charge sur la base de cette observation des coûts réels. Autre volet important de cette mission autour de la qualité de l’offre, la réforme des certifications professionnelles s’est accélérée en 2020. France compétences et sa commission ont ainsi traité 2 100 dossiers et les exigences renforcées d’enregistrement ont réduit de plus de la moitié les certifications inscrites au RNCP (4 882 contre plus de 10 000 avant la réforme). Et une nouvelle liste de 20 métiers émergents bénéficiant d’une procédure simplifiée a été publiée.

Une trajectoire financière fragilisée

Mais la crise inédite née de la pandémie de coronavirus percute ce bilan positif et change les priorités en matière d’emploi et de formation. Financièrement, elle pose avec une acuité nouvelle la question de la soutenabilité du système. Sur ce point fort de vigilance, France compétences poursuivra en 2021 ses projections budgétaires amorcées en 2020. L’instance a lancé un marché pour sélectionner des consultants en audit interne et en maîtrise des risques. Les partenaires sociaux ont inscrit le sujet de la gouvernance du système de la formation par France compétences dans leur agenda de concertations autonomes sur le suivi de la réforme de 2018 lancées le 9 avril dernier.

Centre Inffo vous conseille également

Publicité - Devenir annonceur